Presse

On parle de nous dans la presse

 

Hospimédia - 02/12/2016 - Le cahier des charges sur la télésurveillance prévoit une rémunération au forfait par patient

Dans le cadre de l’article 36 de la loi n°2013-1203 de financement de la sécurité sociale pour 2014, permettant la réalisation d’expérimentations de télémédecine pour une durée de 4 ans, le CERCLH a accompagné la DGOS en 2015 pour formaliser une première version de quatre cahiers des charges visant à mettre en place des solutions de télésurveillance auprès de patients atteints de maladie chronique  tels que les insuffisances cardiaques, rénales, respiratoires et les patients diabétiques.

Le CERCLH a contribué à la définition du modèle économique de rémunération des professionnels de santé, médecins et paramédicaux, et du fournisseur de la solution de télésurveillance et des prestations associées.

Ces cahiers des charges sont sur le point d’être publiés, cf. article Hospimédia du 02/12/16, pour permettre à des promoteurs professionnels et établissements de santé d’une partie des régions de la métropole, d’expérimenter des solutions de télésurveillance à domicile et/ou en établissement médico-social, à l’appui d’une convention à mettre en place avec l’ARS et les organismes locaux d’assurance maladie obligatoire.

Fabrice Catoire

Pour plus d'infos : http://abonnes.hospimedia.fr/articles/20161201-e-sante-le-cahier-des-charges-sur-la?utm_campaign=EDITION_QUOTIDIENNE&utm_medium=Email&utm_source=ExactTarget

Tous droits réservés — HOSPIMEDIA

 

Hospimédia - 24/06/2015 - L'ARS Lorraine mise sur le benchmark et le coaching pour développer la chirurgie ambulatoire

La Lorraine ne se place qu'en vingtième position au niveau national en matière de chirurgie ambulatoire en 2014 avec un taux global de 46,9% (contre 49,9% en France métropolitaine). Afin de lever les freins culturels et organisationnels et véritablement prendre ce virage ambulatoire, l'ARS propose en 2015 plusieurs dispositifs pour accompagner les établissements de la région. 

Sur son site Internet, la tutelle annonce par exemple mettre en place un dispositif de benchmark, entre juin et octobre (consulter la présentation du dispositif). Cette méthode d'analyse de la performance est basée sur la comparaison. La campagne de recueil d'éléments d'activité et de ressources associées se clôt ce 28 juin. "La première valeur ajoutée de cette démarche est pédagogique", rappelle l'ARS, car elle sensibilise à la culture de la mesure sur le processus étudié. Les temps de formation au recueil et à la lecture des résultats permettent en outre un partage d'expériences, de problématiques et de bonnes pratiques entre établissements. Et les résultats aident la tutelle à proposer des valeurs repères sur les indicateurs clés. La restitution régionale est ici prévue en octobre prochain.

En parallèle, l'ARS Lorraine apporte un appui particulier à huit établissements sous la forme de coaching : Hôpitaux privés de Metz, CH de Remiremont, Épinal, Verdun et Sarreguemines, CHR de Metz-Thionville, CHIC Unisanté+ (hôpitaux de Forbach-Saint-Avold), Hospitalor (CH de Saint-Avold). Dans ce cadre, les établissements réaliseront leur diagnostic et rédigeront un plan d'actions qu'ils mettront en œuvre. Le coach, Francis Reymondon, consultant sénior chez CERCLH, cabinet de conseil spécialiste des organisations hospitalières, apporte un appui à la gestion de projet et un conseil sur le fond. Le tout sur quinze mois dans le cadre de sessions collectives et individuelles. D'ici l'automne donc, résume l'ARS, "les diagnostics et le plan d'actions de chaque établissement devront être finalisés pour une mise en œuvre opérationnelle dans les mois qui suivent".

Pia Hémery 

http://abonnes.hospimedia.fr/articles/20150624-politique-de-sante-l-ars-lorraine-mise-sur

Tous droits réservés — HOSPIMEDIA

 

Hospimédia - 29/01/2013 - L'ARS Languedoc-Roussillon veut développer la chirurgie ambulatoire grâce au benchmarking

Organisée par l’ARS et destinée à tous les établissements de santé en Médecine, Chirurgie, Obstétrique (MCO) de Languedoc-Roussillon, une rencontre régionale a permis le 22 janvier de présenter l’état des lieux de la pratique régionale en chirurgie ambulatoire et en organisation du bloc opératoire. L’ARS a profité de cet événement pour présenter son "outil de la chirurgie ambulatoire et du potentiel de substitution", qui est désormais mis à disposition de l’ensemble des ARS.

Alors que la chirurgie ambulatoire est l’un des objectifs de l’agence (lire aussi notre analyse du Projet régional de santé (PRS) de Languedoc-Roussillon du 17/01/2013), celle-ci entend "informer, sensibiliser, aider les établissements qui ont pris du retard, développer des outils de suivi d’activité, de comparaison et de vision prospective", indique-t-elle dans un compte-rendu publié sur son site internet. 

Cet outil s'inscrit dans la droite ligne des actions communes menées par l'Agence nationale d'appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (ANAP) et la Haute autorité de santé (HAS) dans ce domaine (lire notre brève du 22/12/2011). A l'occasion d'un congrès en début d'année 2012 auquel participait Martine Aoustin, directrice générale de l'ARS du Languedoc-Roussillon, avait ainsi été évoquée la publication d'un socle de connaissance sur la chirurgie ambulatoire, un benchmark analytique sur 15 établissements pionniers... (lire notre sujet du13/01/2012).

Cet "outil de la chirurgie ambulatoire et du potentiel de substitution" calcule le potentiel des séjours transférables de l’hospitalisation complète vers l'ambulatoire, explique l'ARS. La cellule performance hospitalière de l’ARS (DOSA) - aidée dans cette démarche par deux établissements de la région - le CH de Béziers et la Clinique Saint Pierre à Perpignan (1) - et le CERCLH, une entreprise de conseil,  ont travaillé depuis plusieurs mois sur ce benchmark, point de départ pour une réflexion d’organisation interne pour les établissements. "Cette réflexion permettra à [chacun] d’identifier ses faiblesses organisationnelles et de s’appuyer sur les bonnes pratiques pour améliorer toujours davantage son propre fonctionnement", souligne l'ARS.

Elaborés par la cellule Observation, statistique, aide à la décision (COSAD), les deux composantes de l'outil (résultats du benchmark et outil potentiel de substitution) permettent ainsi d’établir des plans d’action internes pour les établissements de santé.

L’objectif affiché de l’ARS est de "faciliter la réflexion des établissements à la "bascule" d’une partie de l’activité chirurgicale en ambulatoire". La quasi-totalité des établissements a participé à ce benchmark, lors d'un recueil exhaustif pendant 4 semaines en octobre 2012, indique l'agence. Ce recueil a concerné 500 salles d’opération pour un total de 35 000 fiches d’interventions chirurgicales et 17 000 fiches de séjours ambulatoires. "Chaque établissement participant a ensuite reçu ses résultats individuels en décembre 2012 et la présentation du 22 janvier a quant à elle permis de comparer certains indicateurs entre les différents établissements participants", est-il encore précisé. 

Caroline Cordier

* Selon la délégation régionale de la Fédération de l'hospitalisation privée (FHP), 84% des séjours en chirurgie ambulatoire en 2011 ont été réalisés dans des établissements de santé privés.

http://www.hospimedia.fr/actualite/articles/20130129-offre-de-soins-l-ars-languedoc-roussillon-veut

Tous droits réservés — HOSPIMEDIA

Le Progrès - 09/06/2011 - L’Université Jean-Monnet inaugure sa filiale CERCLH SAS au Numériparc

Hier, l’Université Jean-Monnet (Saint-Etienne) inaugurait le Centre de Recherche et de Compétences en Logistique Hospitalière, sa filiale implantée depuis 2009 au sein du Numériparc de Roanne.

Bertrand Pellet, Président du CERCLH, Khaled Bouabdallah, Président de l’UJM, et Johan Tamain de Grand Roanne Agglomération se sont fendus d’un discours inaugural devant une assemblée d’élus et de collègues.

Le Laboratoire spécialisé dans la logistique hospitalière, créé en 2007 à Roanne, a pris le statut de société le 1 er septembre dernier. Cette évolution s’inscrit dans un contexte de réforme hospitalière, où les dépenses de santé sont en réelle augmentation.

Aujourd’hui , fort d’une équipe de huit consultants, ingénieurs et docteurs et d’une cinquantaine de clients, le cabinet de conseil et d’accompagnement des établissements de santé intervient sur 3 domaines : l’accompagnement organisationnel et la conduite du changement des établissements publics et privés, le développement d’outils de diagnostic et l’analyse de données. « Aujourd’hui, nous commercialisons une gamme de logiciels d’aide à l’organisation des centres hospitaliers. C’était notre projet initial. Nous désirons un équilibre entre prestation de services et produits informatiques. Nous avons beaucoup d’idées en développement» » a déclaré Bertrand Pellet. L’inauguration se concluait avec une visite des locaux.

http://www.leprogres.fr/loire/2011/06/09/l-universite-jean-monnet-inaugure-sa-filiale-cerclh-sas-au-numeriparc

Tous droits réservés — Le Progrès